Bienvenue sur notre blog "Plantes Africaines" (+229 99 54 64 63). La guérison par les plantes est une réalité et nous avons la possibilité de vous guérir grâce aux plantes. Bonne lecture et surtout prenez votre temps!

Le Cancer du vagin et la fertilité

  • Par
  • Le Ven 20 déc 2019 à 16:14
  • 0 commentaire

Mere cinq enfants ventre apres accouchement brenda stearns

Le Cancer du vagin et la fertilité

Le cancer primitif du vagin est rare, il représente 1 à 2% des cancers de l'appareil génital féminin. Il atteint moins de 1000 patientes par an  avec un tiers de décès . Le carcinome épidermoïde est le type histologique le plus fréquent, il correspond à 80% des cancers primitifs du vagin , alors que l'adénocarcinome, souvent développé à partir de l'épithélium glandulaire de la glande de Bartholin, ne représente que 5% . Les autres types histologiques sont plus rares notamment: le mélanome, le sarcome, le léiomyosarcome et les métastases. Seulement moins de 20 % des femmes atteintes sont âgées de moins de 40 ans, ce qui explique le fait que son association avec la grossesse est très rare.

Que faire si j’ai un cancer du vagin et que je veux tomber enceinte?

Voici le meilleur remède de plantes médicinales africaine pour soigner le cancer du vagin et tomber enceinte rapidement. Ces plantes sont très efficaces pour soigner tout type de cancer. Elles ont déjà permis à de nombreuses femmes dans le monde qui avaient des cancers d’être guérir et de retrouver leur fertilité sans opérations. Si vous avez le cancer du vagin, voici les plantes médicinales qui vont vous permettre de connaitre la joie  d’être guérir.
Pour découvrir notre remède naturel pour guérir totalement du cancer
, cliquez sur l’image ci-dessous pour découvrir ce traitement naturel

Racines anti cancer 1

Telephone/whatsapp/ 0022990312738 et +33644661758

Le cancer du vagin affecte-t-il la fertilité des femmes?

Le virus HPV lui-même ne devrait pas avoir un impact important sur la fertilité. Cependant, certaines études ont montré que les patientes positives pour le VPH sont moins susceptibles de tomber enceintes que celles qui ne sont pas atteintes du virus.

Les chercheurs soupçonnent que les embryons peuvent avoir du mal à se développer chez les femmes dont le système immunitaire a contracté le virus HPV. Cependant, c'est le traitement cellulaire précancéreux qui augmente généralement votre risque de ne pas pouvoir tomber enceinte.

C'est une bonne idée, lorsque vous recevez un diagnostic de cancer du vagin, consultez votre médecin pour savoir quel meilleur traitement vous devez subir. Habituellement, le médecin vous donnera plusieurs choix que vous pouvez faire pour ne pas interférer avec la fertilité.

L'hystérectomie et la radiothérapie sont des traitements du cancer du vagin qui, bien qu'efficaces, peuvent réduire, voire éliminer, vos chances de tomber enceinte. L'hystérectomie est un traitement du cancer de la vulve en enlevant votre utérus si elle es affecté. Bien que la radiothérapie soit un type de traitement qui inhibera et préviendra le travail ovarien, il est donc fort probable que vous ne puissiez pas tomber enceinte après ce traitement.

 États précancéreux du vagin

La Néoplasie intra-épithéliale vaginale (VAIN) constitue l'état précancéreux du vagin le plus courant. Elle est souvent accompagnée d'une néoplasie intra-épithéliale cervicale (CIN) et on croit que leur cause est semblable. On observe plus fréquemment la VAIN dans la partie supérieure du vagin et elle est souvent multifocale. De nombreuses années peuvent être nécessaires (environ 5 à 10 ans) pour qu'un état précancéreux se transforme en cancer invasif du vagin, mais cela se produit parfois en moins de temps. Sur le modèle du col utérin et selon la classification de Bethesda, les néoplasies intra épithéliales vaginales sont classés néoplasies: de bas grade, ou VAIN 1, ou dysplasies légères; de haut grade, ou VAIN 2 ou 3, anciennes dysplasies moyennes ou sévères (ou carcinomes in situ).

Quels sont les traitements du cancer du vagin qui n'affectent pas la fertilité?

Dans certains cas, les femmes atteintes d'un cancer du vagin peuvent toujours tomber enceintes et avoir des enfants. Un traitement qui aide à maintenir la fertilité n'est pas nécessairement adaptée à toutes les femmes. Pour cela, consultez votre médecin pour savoir quel traitement vous convient le mieux.

Si votre cancer est encore à ses débuts, il existe 3 façons de le faire, à savoir la trachéectomie radicale, la biopsie conique et LLETZ. Les trois vous permettent toujours d'avoir la possibilité d'avoir des enfants.

1. Trachéectomie radicale

Fait en enlevant toutes les cellules cancéreuses en laissant des ouvertures dans le col de l'utérus. La section est ensuite cousue et laisse un petit trou pour votre flux menstruel. Cette méthode devrait soutenir la grossesse jusqu'à la naissance d'un bébé par césarienne. Cependant, cette méthode augmente le risque d'accoucher prématurément.

2. Biopsie conique

Fait en retirant un morceau de col de l'utérus. Cette coupe se fait dans la partie des cellules cervicales qui est le plus susceptible de devenir anormale et de déclencher un cancer. Si vous suivez ce traitement, il est possible que votre bébé accouche prématurément.


3. LLETZ

(Excision à grande boucle de la zone de transformation) La zone de transformation est la zone du vagin où les cellules anormales ont tendance à se développer. LLETZ élimine les cellules anormales de la région, généralement sous anesthésie locale. Semblable à la biopsie conique, ce traitement vous permet également de vivre une naissance prématurée. Cela dépend de la quantité de tissu cervical prélevée.

Facteurs de risques: 

Sont reconnus comme des facteurs oncogènes, les HPV un antécédent d'hystérectomie, de radiothérapie pelvienne, l'existence d'un prolapsus vaginal extériorisé ou le port prolongé d'un pessaire. L'exposition in utéro au diéthylstilboestrol (DES) augmente notamment le risque d'adénocarcinome à cellules claires dont l'incidence est estimée à 1% après 40 ans, ainsi que les néoplasies du vagin et du col. 

Facteurs de risque du cancer du vagin

Un facteur de risque est quelque chose, comme un comportement, une substance ou un état, qui accroît le risque d’apparition d’un cancer. La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux facteurs de risque, mais il arrive que le cancer du vagin apparaisse chez des femmes qui ne présentent aucun des facteurs de risque décrits ci-dessous.

Le risque d’être atteinte du cancer du vagin augmente avec l'âge. Le cancer du vagin affecte surtout les femmes âgées de 60 ans et plus.

La néoplasie intra-épithéliale vaginale (VAIN) est un état précancéreux du vagin. Ce n’est pas un cancer, mais elle peut parfois se transformer en cancer du vagin si elle n’est pas traitée. Certains des facteurs de risque du cancer du vagin peuvent aussi causer la VAIN. Apprenez-en davantage sur les états précancéreux du vagin.

Les facteurs de risque sont habituellement classés du plus important au moins important. Mais dans la plupart des cas, il est impossible de les classer avec une certitude absolue.

Virus du papillome humain (VPH)

Diéthylstilbestrol (DES)

Antécédents d’états précancéreux du vagin

Antécédents de cancer du col de l’utérus, de la vulve ou de l’anus

Radiothérapie administrée pour un cancer du col de l’utérus

Système immunitaire affaibli

Des preuves convaincantes permettent d’affirmer que les facteurs suivants font augmenter votre risque de cancer du vagin.

Virus du papillome humain (VPH)

De nombreuses femmes qui sont atteintes du cancer du vagin, en particulier des jeunes femmes, ont une infection au virus du papillome humain (VPH). Mais avoir une infection au VPH ne signifie pas que vous serez atteinte du cancer du vagin. Beaucoup de types différents de VPH peuvent infecter le vagin. Seuls quelques-uns causent des changements anormaux dans les cellules qui peuvent évoluer en cancer.

Apprenez-en davantage sur le virus du papillome humain (VPH).

Antécédents d’états précancéreux du col de l’utérus

Les femmes ayant reçu un diagnostic d’état précancéreux du col de l’utérus de haut grade risquent davantage d’être atteintes du cancer du vagin. Le VPH est lié à l’apparition d’états précancéreux du col de l’utérus.

Apprenez-en davantage sur les états précancéreux du vagin.

Antécédents de cancer du col de l’utérus, de la vulve ou de l’anus

Les femmes ayant reçu un diagnostic de cancer du col de l'utérus, de la vulve ou de l'anus risquent davantage d'être atteintes d'un cancer du vagin. Cela est peut-être attribuable au fait que ces cancers ont des facteurs de risque semblables, comme l'infection au VPH.

Radiothérapie administrée pour un cancer du col de l’utérus

Les femmes qui ont déjà reçu une radiothérapie pour traiter un cancer du col de l'utérus risquent davantage d’être atteintes du cancer du vagin.

Système immunitaire affaibli

Les femmes dont le système immunitaire est affaibli (immunosuppression) risquent davantage d’avoir le cancer du vagin. On parle entre autres des femmes atteintes d’une infection au virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et de celles qui ont reçu une greffe d’organe et qui doivent prendre des médicaments afin d’inhiber leur système immunitaire.

Un système immunitaire affaibli peut accroître le risque d’une femme d’avoir des infections au VPH et le risque qu’une infection au VPH ne disparaisse pas. Quand le système immunitaire est affaibli, la probabilité que des changements précancéreux dans les cellules du vagin évoluent en cancer du vagin est plus grande.

Facteurs de risque possibles

On a établi un certain lien entre les facteurs qui suivent et le cancer du vagin, mais on ne possède pas suffisamment de preuves pour affirmer qu'ils sont des facteurs de risque. On doit faire plus de recherches pour clarifier le rôle de ces facteurs dans l’apparition du cancer du vagin :

  • tabagisme
  • irritation vaginale qui dure depuis longtemps (chronique)
  • hystérectomie pratiquée pour un cancer du col de l'utérus ou un état précancéreux du col de l’utérus

Extension du cancer du vagin

L'évolution tumorale est essentiellement locorégionale avec un risque métastatique modéré, ce qui explique l'importance des thérapeutiques à visée locorégionale comme la chirurgie et la radiothérapie 

 

Ajouter un commentaire