Bienvenue au centre de phytothérapie Lesplantesafricaines +229 99 546 463. Médecine par les plantes - Guérison par les plantes - Recettes d'Afrique
Paiement en ligne sécurisé par PayPal. Représentation dans tous les pays de l'Afrique de l'Ouest et Centrale.

Geschlechtsorgane frau 3774

LE CANCER DU VAGIN ET SA STADIFICATION: Plantes pour soigner le cancer

  • Par
  • Le Ven 20 déc 2019 à 18:31
  • 0 commentaire

Le cancer du vagin prend naissance dans les cellules du vagin. Une tumeur cancéreuse (maligne) est un amas de cellules qui peut envahir et détruire les tissus qui l’entourent. Elle peut aussi se propager (métastases) à d’autres parties du corps. C’est un cancer rare qui représente environ 2 % des cancers gynécologiques, soit 600 à 700 cas par an. Il survient le plus souvent chez des patientes âgées de plus de 70 ans. Ce cancer a un meilleur pronostic si la femme est jeune, et lorsqu'il est détecté et pris en charge précocement.

Traitement naturel

Vous voulez un remède naturel et efficace contre le cancer du vagin ? Vous êtes au bon endroit. Le centre de phytothérapie Dawabio vous propose un traitement que vous n’allez pas regretter, parce qu’il est non seulement bio, mais également propre à votre pathologie. Il s’assurera de détruire toutes les cellules infectées au niveau de votre vagin et le détruira jusqu’à sa source. C’est sans risque ni effet secondaire. Pour découvrir ce produit, cliquez sur l’image que vous avez en dessous.

Racines anti cancer 1

Voici nos contacts: +33644661758 ou +22990312738

Les symptômes du cancer du vagin

Le cancer du vagin est le plus souvent découvert par des saignements vaginaux en dehors des règles (métrorragie) spontanés ou provoqués. Il s'agit alors d'un traumatisme direct de la tumeur. Plus rarement, les symptômes qui amènent la femme à consulter sont des pertes vaginales (leucorrhées), des douleurs vaginales ou du bas-ventre, des ganglions au niveau de l’aine ou exceptionnellement une masse vaginale.

En cas de cancer vaginal évolué, une difficulté à uriner ou à aller à la selle, du sang dans les urines, un caillot dans les veines pelviennes, un œdème d'un membre inférieur ou encore une fistule recto-vaginale ou vésico-vaginale peuvent apparaître.

Facteurs de risque du cancer du vagin

Les facteurs de risque du cancer du vagin sont essentiellement infectieux et mécaniques : 

  • une infection par les papillomavirus (HPV), les mêmes que dans le cancer du col de l'utérus (16 et 18 en particulier). Les femmes avec des antécédents de cancer du col ont un plus grand risque de développer un cancer du vagin après hystérectomie
  •  une infection par le VIH ;
  • le tabagisme : c'est en fait un cofacteur de l’infection par le papillomavirus. La diminution de l’immunité liée au tabac entraîne un portage du virus plus long ;
  • une hygiène défectueuse ;
  • un prolapsus vaginal important et chronique ;
  • un antécédent de radiothérapie pelvienne.

Les stades du cancer du vagin

La stadification décrit ou classe un cancer en fonction de la quantité de cancer présente dans le corps et de son emplacement lors du diagnostic initial. C’est ce qu’on appelle souvent l’étendue du cancer. On se sert de l’information révélée par les examens pour savoir quelle est la taille de la tumeur, quelles parties de l’organe sont atteintes par le cancer, si le cancer s’est propagé à partir de son lieu d’origine et où il s’est propagé. Votre équipe de soins a recours au stade pour planifier votre traitement et prévoir l’issue (votre pronostic).

Le système de stadification le plus fréquemment employé pour le cancer du vagin est la classification de la FIGO. Dans le cas du cancer du vagin, il y a 4 stades. Le système de classification de la FIGO s’applique uniquement aux carcinomes primitifs du vagin (carcinome épidermoïde et adénocarcinome). 

Le stade 0 ne fait pas partie de la classification de la FIGO. Au stade 0, on parle de néoplasie intra-épithélial vaginal (VAIN 3) ou de carcinome in situ. Dans ce cas-là, les cellules cancéreuses ne se trouvent que dans le revêtement du vagin et elles ne se sont pas propagées aux couches plus profondes du vagin.

Stade 1

La tumeur se trouve dans le vagin.

Stade 2

La tumeur a envahi les tissus juste à côté du vagin (tissus para vaginaux) mais pas la paroi du bassin ou d’autres organes voisins.

Stade 3

Le cancer a envahi la paroi du bassin et peut s’être propagé aux ganglions lymphatiques voisins.

Stade 4A

Le cancer a envahi la vessie, le rectum ou d’autres tissus hors du bassin.

Stade 4B

Le cancer s’est propagé à d’autres parties du corps (métastases à distance), comme les poumons, le foie ou les os. On parle aussi de cancer du vagin métastatique.

L'hystérectomie a été considérée à tort comme facteur de risque.

Diagnostic et pronostic du cancer du vagin

Le diagnostic du cancer du vagin repose sur différents examens.

L'examen gynécologique au spéculum peut permettre de dépister une lésion vaginale, le plus souvent une ulcération saignant au contact ou une tumeur bourgeonnante. La biopsie fera le diagnostic.

Un scanner de l'abdomen et du pelvis permettra d'évaluer une éventuelle extension de la maladie à d'autres organes. 

Une urographie intraveineuse (UIV) est utile pour rechercher une éventuelle compression des uretères. Cet examen consiste en l'injection de produit de contraste au niveau de l'appareil urinaire, montrant sa morphologie « de l'intérieur » à la radiographie. Le pronostic dépend presque exclusivement du stade du cancer : plus il est dépisté tôt, meilleur il est. Le jeune âge apparaît également comme un facteur pronostic favorable.

Traitement du cancer du vagin

Le traitement du cancer du vagin est déterminé au cas par cas, il dépend notamment du stade auquel on découvre le cancer.

En cas de lésion très limitée, le traitement pourra consister en une vaporisation au laser des lésions, sous guidage au microscope.

La chirurgie dépendra de l'âge de la patiente, de la localisation du cancer et de son degré d'envahissement : chirurgie d'une partie ou de la totalité du vagin, ablation de l'utérus voire des ovaires, des ganglions pelviens (curage ganglionnaire).

En cas de lésion plus volumineuse ou très infiltrée, on peut utiliser la radiothérapie externe (irradiation de la zone) ou interne : positionnement d'une source radioactive au contact vaginal (curiethérapie) Ce type de cancer est peu sensible à la chimiothérapie.

 

 

Ajouter un commentaire