Syndrome des antiphospholipides (SAPL), traitement naturel

Avez-vous des caillots sanguins dans les jambes, les reins, les poumons et le cerveau ? Faites-vous de fausses couches récurrentes ou mortinaissance ? Développez-vous des lésions cutanées sans schéma spécifique ? Il se peut que vous souffriez du syndrome des antiphospholipides. Voici le traitement naturel pour s'en débarrasser en peu de temps.

Le syndrome des antiphospholipides, APS (syndrome des antiphospholipides) est une maladie auto-immune qui résulte d'une réaction anormale du système immunitaire contre les propres tissus de l'organisme.

Le syndrome des antiphospholipides survient lorsque le système immunitaire du corps produit par erreur des anticorps qui provoquent la coagulation du sang chez une personne infectée. Ce syndrome provoque des caillots sanguins dans les jambes, les reins, les poumons et le cerveau et peut mettre la vie en danger. Chez la femme enceinte, le syndrome des antiphospholipides peut également entraîner une fausse couche et une naissance prématurée. 

Traitement naturel pour soigner le syndrome des antiphospholipides

Le traitement est constitué de plantes dont les principes actifs bloquent la formation d'anticorps et d'anticoagulants, limitant la formation de caillots sanguins dangereux pour la santé et la vie. 

C’est un remède naturel qui rétablit les défenses immunitaires et qui empêche la production des anticorps nocifs qui endommagent le corps. De plus, le traitement permet de fluidifier le sang pour réduire le risque de coagulation.

Le traitement empêche la formation récurrente de caillots sanguins dans les vaisseaux. De même, ça vous permet de mettre fin aux fausses couches répétées constatées chez les femmes, et d’éliminer les anticorps particuliers dans le sang et anti-phospholipides. À la fin du traitement, les manifestations cardiaques, cutanées, oculaires, neurologiques, ou encore rénales, hématologiques, hépatiquesont souvent associées au syndrome des antiphospholipides vont totalement disparaitre. De même ça résout les complications respiratoires ou embolies pulmonaires liées au syndrome antiphospholipides.

C’est le meilleur traitement naturel pour soigner le syndrome des antiphospholipides. C’est un traitement élaboré après plusieurs années de recherches et d’analyses. Commencez le traitement pour vous débarrasser de cette maladie en deux mois.

Pour commander et savoir plus sur comment l’utiliser, contactez directement nos experts : +229 99 54 64 63.

Diagnostic du syndrome 

Si vous avez eu des épisodes de caillots sanguins ou de fausse couche qui ne sont pas expliqués par des problèmes de santé connus, votre médecin peut planifier des tests sanguins pour vérifier la coagulation anormale et la présence d'anticorps dirigés contre les phospholipides.

Pour confirmer un diagnostic de syndrome des antiphospholipides, les anticorps doivent apparaître dans votre sang au moins deux fois, lors de tests effectués à 12 semaines ou plus d'intervalle.

Vous pouvez avoir des anticorps antiphospholipides et ne jamais développer aucun signe ou symptôme. Un diagnostic de syndrome des antiphospholipides n'est posé que lorsque ces anticorps provoquent des problèmes de santé.

Tel / WhatsApp : +229 99 54 64 63

 

Causes du syndrome des antiphospholipides 

Il existe deux causes principales de syndrome des antiphospholipides

- primaires - si vous ne souffrez pas de maladies auto-immunes telles que le lupus érythémateux disséminé, vous avez un syndrome des antiphospholipides primaire
- secondaire - si vous êtes diagnostiqué avec un lupus ou d'autres maladies auto-immunes, le syndrome des antiphospholipides est secondaire.

Dans le cas du syndrome secondaire des antiphospholipides, la cause est considérée comme le lupus ou d'autres maladies auto-immunes. La cause du syndrome des antiphospholipides primaires est inconnue. Cependant, il existe des facteurs associés au développement d'anticorps antiphospholipides qui comprennent

- les infections - les personnes atteintes de syphilis, du VIH, de l'hépatite C et le paludisme, entre autres, sont plus susceptibles d'avoir des anticorps antiphospholipides.

- médicaments - l'utilisation de certains médicaments, tels que l'hydralazine pour traiter l'hypertension artérielle , la quinidine pour réguler la fréquence cardiaque, la phénytoïne - un médicament anticonvulsivant et l'amoxicilline peuvent augmenter le risque de formation d'anticorps antiphospholipides.

- prédisposition génétique - bien qu'elle ne soit pas considérée comme un trouble héréditaire, les recherches indiquent que les proches des personnes atteintes du syndrome des antiphospholipides sont plus susceptibles d'avoir des anticorps antiphospholipides.

Signes et symptômes du syndrome des anti phospholipides


Les signes et symptômes du syndrome des antiphospholipides peuvent inclure :

  • Caillots sanguins dans les jambes (TVP). Les symptômes de la TVP comprennent la douleur, l'enflure et la rougeur. Ces caillots peuvent se déplacer jusqu'aux poumons et provoquer une embolie pulmonaire.
  • Fausse couche récurrente ou mortinaissance. Les autres effets secondaires de la grossesse comprennent l'hypertension artérielle et la naissance prématurée.
  • Accident vasculaire cérébral. Il peut provoquer un accident vasculaire cérébral chez les jeunes qui ne présentent aucun facteur de risque connu de maladie cardiovasculaire.
  • Accident ischémique transitoire (AIT). Cette attaque est comme un coup. Cette attaque ischémique transitoire ne dure généralement que quelques minutes et n'entraînera pas de dommages permanents.
  • Lésions cutanées. Certaines personnes atteintes du syndrome des antiphospholipides peuvent développer des lésions cutanées sans schéma spécifique.

Causes et symptômes du futur syndrome des phospholipides qui sont moins susceptibles de se produire :

Symptômes nerveux, maux de tête chroniques, y compris migraines ; La démence et les convulsions sont possibles lorsqu'un caillot bloque la circulation sanguine vers des parties du cerveau.

Les maladies cardiovasculaires, le syndrome des antiphospholipides peuvent endommager les valves cardiaques d'une personne.

Saignement chez certaines personnes atteintes de la maladie, le nombre de cellules sanguines nécessaires pour coaguler le sang diminue considérablement. En conséquence, ces personnes saignent régulièrement le nez et les gencives. Votre peau peut également saigner par endroits.

Compléments nutritionnels et aliments

Certains aliments et médicaments peuvent affecter le fonctionnement de l'anticoagulant. Il est préférable de consulter votre médecin au sujet de ces aliments et médicaments :

Régimes sûrs

La vitamine K ne peut que réduire l'effet de la warfarine, mais n'affectera pas la fonction d'autres anticoagulants. Vous devrez peut-être éviter de grandes quantités d'aliments riches en vitamine K, tels que :

  • Avocat
  • brocoli
  • chou de Bruxelles
  • Chou
  • Légumes à feuilles
  • Haricots Garbanoab

Les myrtilles et l'alcool peuvent également augmenter l'effet anticoagulant de la warfarine. Demandez à votre médecin s'il est préférable de poser des questions sur le problème de l'envie de ces boissons.

Remèdes maison et mode de vie

En fonction de votre plan de traitement du syndrome des antiphospholipides, vous pouvez prendre des mesures supplémentaires pour protéger votre santé. Si vous prenez des anticoagulants, veillez à ne pas vous blesser et à éviter les saignements.

  • Évitez les sports de contact ou autres activités qui pourraient causer des ecchymoses ou des blessures ou vous faire tomber.
  • Utilisez une brosse à dents souple et du fil ciré.
  • Rasez-vous avec un rasoir électrique.
  • Faites très attention lorsque vous utilisez des couteaux, des ciseaux et d'autres outils tranchants.

FAQ sur le syndrome des antiphospholipides

  1.  Combien de personnes sont atteintes de la maladie ?

Il est très difficile d’estimer la prévalence (nombre de cas dans une population donnée à un moment précis) du SAPL primaire, et les écarts de prévalence obtenus lors de différentes études sont considérables. On pense que le SAPL primaire pourrait avoir une prévalence comparable à celle du lupus (de l’ordre de 1 sur 2400 personnes). Concernant le SAPL secondaire associé à un lupus systémique, on considère que 20 à 30% des personnes atteintes de lupus développent un SAPL secondaire, soit une prévalence de 1 sur 12 000 à 1 sur 8 000 environ.

  1. Qui peut en être atteint ?

Les femmes sont 4 à 5 fois plus souvent concernées que les hommes par le SAPL primaire, et 9 fois plus par le SAPL secondaire. Chez l’enfant, le SAPL est rare mais peut survenir.

  1. Est-il présent partout dans le monde ?

Le SAPL est présent partout dans le monde. Cependant, on sait que le lupus érythémateux, souvent associé à un SAPL secondaire, touche davantage les populations noires (et notamment les Antillais et Afro-américains) que les autres.

  1. Est-il contagieux ?

Non, le SAPL n’est pas contagieux.

  1. Peut-on confondre cette maladie avec d’autres ? Lesquelles ? Comment faire la différence ?

Etant donné que les principales manifestations de la maladie sont des thromboses répétées chez des personnes jeunes, le SAPL peut être confondu avec les autres affections responsables de thromboses survenant chez des individus jeunes. Il peut s’agir de maladies héréditaires prédisposant aux thromboses : entre autres, les déficits en protéine C ou S, en antithrombine III et l’hyperhomocystéinémie familiale. Enfin, on sait que la tendance à l’hypercoagulation (qui favorise les thromboses veineuses) est très fréquente chez les personnes atteintes de cancer. L’examen médical, éventuellement associé à certains tests appropriés, permettra d’écarter rapidement cette hypothèse.

Pour plus d'informations, contactez-nous : +229 99 54 64 63

Disponibilité : En stock, livraison en 24h

300.0€ TTC

syndrome des antiphospholipides traitement lupus et syndrome des antiphospholipides syndrome des antiphospholipides symptomes syndrome des antiphospholipides et grossesse

Ajouter un commentaire

Anti-spam