Bienvenue au centre de phytothérapie Lesplantesafricaines +229 99 546 463. Médecine par les plantes - Guérison par les plantes - Recettes d'Afrique
Paiement en ligne sécurisé par PayPal. Représentation dans tous les pays de l'Afrique de l'Ouest et Centrale.

Endometriose 1

ENDOMÉTRIOSE est-elle héréditaire? Remède naturel

  • Par
  • Le Mar 24 déc 2019 à 11:57
  • 0 commentaire

L'endométriose est une maladie chronique généralement récidivante. L'endomètre est le tissu qui tapisse l'utérus. Sous l'effet des hormones (œstrogènes), au cours du cycle, l'endomètre s'épaissit en vue d'une potentielle grossesse, et s'il n'y a pas fécondation, il se désagrège et saigne. Ce sont les règles.

Voulez-vous un traitement naturel pour soigner l’endométriose ?

Nous vous proposons un traitement composé à 100% de tisane qui va régulariser votre cycle menstruel, soigner définitivement cette pathologie et vous évitera une chirurgie. C’est sans risque ni effet secondaire. C'est un remède qui a fait ses preuves dans le monde entier. Cliquez sur l'image en dessous pour découvrir ce produit

remède  endométriose 

Contactez-nous au +33644661758 ou au +22990312738

Les causes

Les causes de l’endométriose ne sont pas encore comprises. Il existe plusieurs théories qui pourraient expliquer pourquoi l’endométriose se développe. Une des possibilités suggère que le sang menstruel contenant les cellules endométriales voyage à reculons en passant dans les trompes de Fallope pour se retrouver dans l’abdomen. Ces cellules endométriales adhérent alors aux tissus de l’abdomen puis se multiplient. Une autre théorie suggère que certains types de cellules de l’abdomen pourraient réagir aux hormones et se transformer en cellules endométriales.

Les symptômes

Le symptôme le plus courant de l'endométriose (retrouvé chez 50 à 91% des femmes selon les études) est la douleur, règles douloureuses (dysménorrhée), douleurs pendant  ou les rapports sexuels (dyspareunie), douleurs pelviennes fréquentes, défécation douloureuse, difficulté pour uriner (dysurie), douleurs lombaires

Les facteurs de risque de l'endométriose sont bien définies.

L’âge est un facteur de risque ou plus exactement le fait d’être en âge de procréer. L’endométriose peut se manifester dès l’adolescence même si le diagnostic est plus facilement posé entre 30 et 40 ans. En revanche, après la ménopause, la maladie régresse.

Les antécédents familiaux : le risque est accru si l’on a un parent au premier degré atteint de la maladie.

Des caractéristiques du cycle menstruel, telles que des cycles courts, une ménarche précoce (avant 12 ans), une ménopause tardive, l’obésité, des ménorragies et une dysménorrhée, sont des facteurs de risque.

Les nulligestes (femmes n’ayant pas eu de grossesses) ont plus de risque d’endométriose, sans doute en raison d’un effet protecteur de la grossesse. L’allaitement prolongé réduit également le risque.

Les anomalies des organes génitaux (sténose, cloison) sont un facteur de risque, de même qu’un faible poids de naissance.

La consommation de viande rouge et d’acides gras saturés semble augmenter le risque d’endométriose alors que la consommation de fruits et de légumes verts le réduirait.

L’endométriose est-elle héréditaire

L'hérédité est un facteur d'augmentation des risques mais il ne signifie pas systématiquement que toute femme dans une famille développera la maladie. ... Comme pour toute autre pathologie, l'hérédité en endométriose doit avant tout nous permettre d'être vigilant face à tout symptôme d'appel comme les douleurs de règles

"Il y a indiscutablement des endométrioses familiales. L'endométriose est une maladie qui est génétique comme bien d'autres. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle dans une famille, lorsqu'il y a une adolescente qui a des règles douloureuses et qui a un diagnostic identifié d'endométriose, il faut être très prudent chez les sœurs par exemple qui commencent à déclencher les mêmes problèmes. Il doit donc sûrement y avoir des facteurs génétiques, on n'arrive toujours pas à les isoler. Néanmoins, il y a aussi des cas où une jeune fille est atteinte alors que personne d'autre dans sa famille n'a été touché. C'est multifactoriel, cela fait partie des domaines de la recherche. On arrive à des conclusions et finalement on observe le contraire ailleurs. Donc pour le moment, on n'avance pas bien sur l'origine du problème. Il existe beaucoup d'hypothèses. Le jour où l'on comprendra pourquoi le ménage n'est pas correctement fait, peut-être qu'on arrivera à le faire correctement et qu'on ne sera plus confronté à l'endométriose.

Peut-on prévenir l'endométriose ?

Il n’existe pas de moyens de prévenir l’endométriose.

Certaines femmes semblent davantage à risque de développer une endométriose :

  • celles dont certains membres de la famille ont souffert de cette maladie ;
  • celles qui ont des cycles menstruels plus courts que la moyenne, ou qui ont eu leurs premières règles très jeunes ;
  • celles qui ont des malformations du col de l’utérus qui gênent l’élimination des règles.

Des études récentes suggèrent l’existence d’une prédisposition génétique à l’endométriose qui pourrait augmenter le risque chez certaines femmes (mais qui ne suffit pas pour être l’unique cause de cette maladie).

De plus, d’autres études ont montré de manière fiable que l’usage de la pilule contraceptive ne favorise pas l’apparition d’une endométriose.

Traitement

Actuellement, il n’existe pas de traitement définitif de l’endométriose. L’hystérectomie ne garantit pas la disparition définitive des symptômes, puisque de l’endométriose peut se former « spontanément » dans d’autres régions du corps.

Il est important de consulter un médecin rapidement lorsque des symptômes d’endométriose se manifestent, car plus la maladie est diagnostiquée tôt, mieux elle est traitée. Cela décroît aussi les risques d’infertilité. Il faut savoir que les symptômes mentionnés ci-dessus peuvent trahir un autre trouble du système reproducteur, la présence de kystes ovariens, par exemple. Une échographie pelvienne permettra de les détecter rapidement.

 

 

Ajouter un commentaire