Bienvenue au centre de phytothérapie Lesplantesafricaines +229 99 546 463. Médecine par les plantes - Guérison par les plantes - Recettes d'Afrique
Paiement en ligne sécurisé par PayPal. Représentation dans tous les pays de l'Afrique de l'Ouest et Centrale.

Endometriose 2

ENDOMÉTRIOSE ET FERTILITÉ: Médicament naturel pour ne pas être stérile

  • Par
  • Le Lun 23 déc 2019 à 18:26
  • 0 commentaire

Généralités

De nombreuses femmes sont touchées par l'endométriose. Cette affection gynécologique qui se caractérise par la propagation du tissu endométrial en dehors de frontières utérines est la première cause d'infertilité féminine. C'est la présence de muqueuse utérine (endomètre) en dehors de la cavité utérine qui est sa localisation normale : sur le col utérin, les trompes, les ligaments, les ovaires, le péritoine, le vagin, la vulve etc... Parfois, cette muqueuse se voit sur des organes non génitaux : vessie, caecum, appendice, côlon, sigmoïde... .  Ces segments de muqueuse utérine suivent le rythme hormonal et produisent du sang tous les 28 jours. Elle touche potentiellement toutes les femmes réglées.

Voulez-vous un remède naturel?

Vous êtes au bon endroit. Dawabio votre centre de phytothérapie met à votre disposition un traitement naturel composé de tisane pour guérir définitivement des endométrioses. Sans risque ni effet secondaire il régularisera votre cycle de manière naturelle et vous ne retrouverez plus jamais cette maladie. Cliquez sur cette image pour découvrir le produit.

Traitement naturel par les plantes medicinales contre l'endométriose

Nos contacts : +33644661758 ou +22990312738

Les causes

Diverses théories ont été élaborées afin d'expliquer l'endométriose. La plupart font appel à la notion de flux rétrograde. Pendant les menstruations, les couches supérieures de l'endomètre se détachent et sont normalement excrétées de l'organisme. Le tissu et le sang sont expulsés par des contractions musculaires. Dans certains cas, par contre, le flux s'inverse et va des trompes de Fallope vers les ovaires. C'est de cette façon que des cellules endométriales pourraient atteindre les ovaires et la cavité pelvienne, des régions à l'extérieur de l'utérus.

Le flux rétrograde n'explique cependant pas tout, étant donné qu'il apparaît souvent chez des femmes qui ne souffrent pas d'endométriose. Une autre théorie reposerait sur des troubles du système immunitaire. Selon cette thèse, le corps ne parviendrait pas à localiser ni à détruire le tissu endométrial qui se trouverait hors de l'utérus. Il existe des différences notables dans le système immunitaire des femmes qui présentent une endométriose, mais leur signification reste encore inconnue.

L'endométriose a possiblement une composante génétique. Les filles et les sœurs des femmes qui souffrent d'endométriose courent un risque légèrement accru de développer cette affection.

D'autres théories incluent la propagation par le sang ou par les vaisseaux lymphatiques et aussi la possibilité que le tissu sain qui tapisse la cavité abdominale se transforme en tissu endométrial.

Symptômes et Complications

Les symptômes de l'endométriose incluent :

  • des douleurs pelviennes;
  • des douleurs au cours des relations sexuelles;
  • des changements dans les menstruations;
  • de la douleur et des crampes pendant les menstruations;
  • une émission de l'urine ou des défécations douloureuses durant les règles;
  • l'infertilité.

Bon nombre de ces symptômes sont aussi associés à d'autres troubles médicaux. La gravité du symptôme n'est pas forcément liée à la quantité de tissu présent à l'extérieur de l'utérus. Certaines femmes qui souffrent d'endométriose dans l'ensemble du bassin n'éprouvent aucune sensation particulière, alors que d'autres chez qui le trouble est très circonscrit éprouvent des douleurs atroces.

Les douleurs menstruelles qui ont été supportables pendant des années, mais dont l'intensité augmente, peuvent être un signe d'endométriose.

Il arrive que des kystes et du tissu cicatriciel se forment autour du vagin au niveau du bassin, rendant ainsi les rapports sexuels douloureux. Ces douleurs indiquent parfois un cas d'endométriose, mais ce symptôme peut également être provoqué par d'autres affections. Chez les femmes atteintes d'endométriose, le tissu endométrial finit souvent par atteindre l'un des ovaires ou même les deux. Il risque alors de former des kystes appelés endométriomes.

Pourquoi rend-elle infertile ?

Les femmes souffrant d'endométriose présentent généralement des difficultés à tomber enceinte. C'est d'ailleurs un motif de consultation gynécologique fréquent qui conduit alors au diagnostic de la pathologie. Les problèmes de fertilité rencontrés s'expliquent par le fait que la présence de tissu cicatriciel au niveau des trompes de Fallope réduit considérablement les chances de fécondation. Il faut également savoir que l'endométriose constitue un facteur de risque de grossesse extra-utérine. Attention cependant à ne pas confondre infertilité et stérilité. L'endométriose n'est pas une fatalité. Prises en charge efficacement, de nombreuses femmes parviennent à tomber enceinte naturellement.

Endométriose : quel impact sur la fertilité ?                                         

Les données classiques estiment que 35 à 55 % des patientes présentant un problème d’infertilité ont une endométriose et qu’environ 30 à 50 % des femmes ayant une endométriose, auront un problème d’infertilité.

Une équipe de chercheurs londoniens 1 a mis en lumière un mécanisme qui expliquerait la relation entre endométriose et infertilité. 

Ils ont ainsi extrait le liquide péritonéal de l'abdomen de six femmes diagnostiquées comme malades d'endométriose et de six femmes indemnes. Ce liquide est en contact avec les trompes de Fallope. Ces "tubes" contiennent à leur surface des cils épithéliaux qui vont amener délicatement l'ovule le long des trompes, jusqu'à sa rencontre avec un spermatozoïde.

En observant l'effet du liquide sur des trompes de Fallope prélevées chez des patientes ayant subi une hystérectomie pour fibromes, ils ont pu constater que la fréquence des vibrations ciliaires de l'épithélium des trompes était inférieure (de 24 %) avec le liquide émanant des femmes malades.

Cette inhibition de la motilité des cils épithéliaux pourrait expliquer les problèmes d'infertilité des femmes atteintes d'endométriose. Si les substances inhibitrices sont identifiées, on peut espérer demain un traitement spécifique.

L’endométriose est souvent diagnostiqué lors d’un bilan d’infertilité. On associe souvent cette maladie à l’infertilité or toutes les femmes atteintes d’Endométriose ne sont pas concernées, 30 à 40% font face à un problème d’infertilité.

Traitement et Prévention

L'endométriose se traite avec des médicaments, par la chirurgie laparoscopique ou par la chirurgie traditionnelle. Le choix du traitement dépend de la personne et d'un certain nombre de facteurs dont l'âge de la femme, la gravité de ses symptômes et de son désir ou non d'avoir des enfants.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), notamment le naproxène* et l'ibuprofène peuvent être utilisés pour soulager la douleur. Ils ne traitent cependant pas les causes sous-jacentes à la maladie. Malgré le fait que Santé Canada n’approuve pas l’utilisation de contraceptifs oraux combinés à cet effet, ceux-ci peuvent également être utilisés. Dans ce cas, plutôt que de prendre la pilule pendant 3 semaines consécutives suivies d'un arrêt d'une semaine, le contraceptif est prescrit quotidiennement. Pour la plupart des femmes, ce traitement provoquera éventuellement l'arrêt des saignements menstruels. Les contraceptifs ne contenant que de la progestérone peuvent également être utilisés.

L'endométriose peut aussi se traiter avec des médicaments qui régulent le cycle menstruel, causant un arrêt des règles qui simule celui que provoque la ménopause. Ces médicaments comprennent le danazol, la buséréline, la goséréline, le leuprolide, la nafaréline et la triptoréline. Ces derniers provoquent le rétrécissement du tissu endométrial ce qui aide à soulager certains symptômes tels que la douleur.

Une laparoscopie et une chirurgie mineure sont quelquefois pratiquées pour extraire le tissu endométrial aux endroits où il ne devrait pas se former, comme le bassin, par exemple. Au cours de la laparoscopie, le médecin utilise un appareil électrique ou un laser pour brûler le tissu endométrial. La laparoscopie est une technique moins invasive que la chirurgie traditionnelle (par ex. l'hystérectomie) et elle peut se faire en chirurgie externe (sans que la patiente soit hospitalisée). Les excroissances plus grosses et plus encapsulées nécessitent parfois une chirurgie traditionnelle.

 

 

Ajouter un commentaire